De Aux Savoirs de Kersis'kal
Aller à : navigation , rechercher
Péninsule de Caedeyrn
200px
Géographie
Type : Péninsule
Terrain : Littoral
Population & Culture
Disparition : An 1255 (3 ans)
Propriétaire(s) : Clans de Caedeyrn
Géopolitique
Frontière(s) : Bhozaka d'Orya
Empire de Mulkesh
Clan des Neuf Voiles
Pays : de Caedeyrn
Continent : Orya
(modifier)
Archives
La page que vous consultez concerne un personnage, un groupe ou un territoire disparu.


Péninsule pré-Caedeyrn

Avant que les Caerdeyns ne s’installent sur toute la péninsule, une multitude de peuples vivaient dans la région. Vulgairement appelé Indigènes, ils n’en étaient pas moins les habitants premiers de ces terres. Région jadis considérée par la civilisation comme inhospitalière, et peuplée de barbares anthropophages dangereux, la péninsule ne dut sa liberté qu’à la chaîne de montagnes Durdinis, et au caractère peu amène de ses habitants. Dans ce chapitre, nous traiterons de la richesse de ces peuples premiers, et de la large influence qu’ils eurent sur la société Caedeyrn actuelle.

Royaume d'Olbian

Le plus connu de ces royaumes était celui d’Olbian, dont on dit que la tribu de Trossachs serait la fondatrice. La culture de ce peuple fut extrêmement violente, seule comptait la loi du plus fort, et les guerres intestines étaient, à l’époque, le seul rempart à une explosion conquérante de leurs hordes. Certaines des lois les plus brutales de Caedeyrn sont issues de ce royaume qui étendait sont emprise sur les plaines, des forêts d’Ossïam aux montagnes de Durdinis. Il est très important d’avoir à l’esprit ces éléments pour bien comprendre la nature du peuple Caedeyrn d’aujourd’hui.

Forêts vierges d'Ossïam

Ces forêts n’étaient, en définitive pas si vierges que cela. Elles étaient peuplées de communautés, certes primitives, mais en totale fusion avec leur environnement. La symbiose qui unit ces habitants aux forêts était si forte que n’importe quel voyageur ignorant les aurait pris pour des esprits des forêts. Ce peuple fut de tous temps respecté par les Olbianis, puis par les Caedeyrns. Les Druides y effectuent au moins un pèlerinage durant leur formation. Pour le rituel de « la fleur de sang ». Beaucoup d’enseignements entrant dans la préservation de l’environnement et l’adaptation à la nature sont tirés de ces peuples.

Tribus montagnardes des monts Durdinis

Autant les communautés d’Ossïam sont en symbiose avec leur forêt, autant les tribus de la chaîne de montagnes Durinis sont adaptées à leur environnement. De stature trapue, les cheveux et la peau buriné par les rigueurs extrêmes de leurs montagnes natales, ce peuple ne s’est jamais laissé dominer par qui que ce soit. Du temps où les nains vivaient encore sous la montagne, les Durinis faisaient commerce avec eux. Lorsque l’exode Caedeyrn gravit les rares cols ouvrant le passage à leur future terre d’accueil, les Durinis y prélevèrent leur dû, ce qui ne favorisa pas les relations entre les deux peuples. Puis quand la guerre contre l’empire de Mulkesh éclata, les Durinis s’avérèrent les meilleurs alliés pour le peuple de la péninsule. Ce peuple est robuste, impétueux, et cruellement efficace dans ses montagnes. Un dicton connu en Caedeyrn dit qu’ « à l’ode du Yodel, fiche le camp comme le vent».