De Aux Savoirs de Kersis'kal
Aller à : navigation , rechercher
Mirče
200px
1227 - 1252
(disparu-e à l'age de 25 ans)
Identité
Nom: Mirče
Race: Humain
Origine et Famille
Origine : Tour d'Akioch
Originaire des Cercles de Mesalena
Allégeances
Membre de la Guilde des Arts Rituels
Sentinelle des Gardiens des Arcanes
Membre de Farore
Rang & Renommée
Métier
Profession: mage
Spécialité(s): nécromancie
Institutions
Ritualiste de la Guilde des Arts Rituels
Citoyen de la Cité de Vendavel
Philosophie, foi et croyances
Fervent de Celui-qui-sait-tout
Hors-jeu
Compte wiki : AxelKB
Type: Personnage Joueur
(modifier)


?

Archives
La page que vous consultez concerne un personnage, un groupe ou un territoire disparu.


Mirče, né l'Arto Tal Ylavan 1227 est un mage de la Confrérie Céleste.

Membre fondateur de deux guildes officielles du Concordat d'Edenorya, la Guilde des Arts Magiques et la Guilde des Arts Rituels, il s'engage dans de nombreux projets ayant pour thème la magie ou la découverte des secrets de Kersis'kal.

Mirče devient, en 1250, un membre actif de la lutte contre le vide en s'engageant auprès de Daerys de Silmar, en tant que champion du Vent du Nord. Renouvellant son engagement l'année suivante, il intègre sa garde rapprochée et accède ainsi au titre de Veilleur de Kersis'kal.

Présentation


Biographie

Famille et formation

Origine et patronyme

Originaire des bas étages de la Tour d'Akioch, Mirče ne bénéficie pas de nom de famille, et est donc connu sous l'appelation « Mirče de la Tour d'Akioch », respectant ainsi une tradition presque oubliée voulant qu'un mage n'ayant reçu aucune distinction ne puisse fonder de famille, et donc ne puisse choisir un nom pour celle-ci. Il est probable qu'une fois son rang de mage confirmé par l'aréopage de la Tour, il cherche à fonder une famille et qu'il prenne alors un patronyme en lien avec l'exploit lui valant son rang. Il lui sera alors accordé le droit de prendre le nom de famille de ses parents, qu'il a perdu lors de son entrée à l'académie de magie d'Akioch.

Jeunesse et formation

Issu d'un bas étage, Mirče n'a pas connu les honneurs réservés aux hauts-résidents de la tour lorsqu'il entra à l'académie de magie, une entrée qu'il dut repousser pour raisons économiques, les frais d'entrée à l'académie pouvant être assez lourds pour une famille modeste. L'année de son admission, il avait déjà un an de retard sur la plupart des élèves, bien que certains dans sa classe aient son âge, pour cause de retard d'apprentissage, ou pour les mêmes raisons que lui.

Après quelques années à l'académie, Mirče fit le choix d'arrêter la voie généraliste le menant à l'étude de la nécromancie pour entamer une formation spécialisée en sécurité magique, lui permettant d'acquérir les bases fondamentales nécessaires à l'admission au sein des Sentinnelles des Arcanes.

Sentinelle des Arcanes

Intégrant le cursus de la branche « enchantement et artéfacts » de l'institut des Gardiens des Arcanes au sein de la tour d'Akioch, Mirče apprend les bases de la sécurité magique, comme la reconnaissance des artéfacts, les procédures à appliquer en leur présence, ou encore les méthodes de collaboration avec les Dol'Saris concernant le stockage de ceux-ci au royaume de Sarin'Dol.

Loin des études de magie de combat, Mirče se spécialise en sortilèges de défense des biens et des personnes, lui permettant d'être mobilisé sur de petites missions d'escorte.

Premières missions

À l'âge de 13 ans, une mission d'escorte permis à Mirče de sortir de la Tour d'Akioch pour la première fois, une expérience non renouvelée avant de nombreux mois, suite à un problème médical forçant le rappatriement de Mirče au sein de la tour à peine quelques heures après son départ. La lumière du soleil avait permis de détecter chez lui une faiblesse occulaire très préoccupante qui lui firent bénéficier de plus de deux semaines d'isolement dans une pièce noire, bénéficiant de visites régulières d'un médecin alchimiste, lui appliquant de nombreux baumes et potions.

Après sa convalescence, Mirče fit de nombreux allers-retours en chambre noire, ses maitres s'obstinant à lui attribuer des missions dans la périphérie de la tour, pensant lui permettre de s'habituer à la luminosité au fur et à mesure. Ces absences répétées en mission et en formation l'handicapèrent au point de ne pas lui permettre de sortir de l'institut avec le titre de Gardien des Arcanes, mais seulement avec le rang réservé aux apprentis : Sentinelle des Arcanes.

C'est sous ce titre qu'il fut déclaré volontaire pour l'exode vers Edenorya.

Voyage vers Edenorya

Le voyage pour l'ile découverte en 1249 (suite à l'affaiblissement du voile) par la Guilde des Marchands fut un calvaire pour Mirče qui n'apprécie pas la lumière du jour. L'idée d'être à l'année hors de la Tour créait en lui une anticipation qui le poussa à passer tout le voyage au fond de la câle, bénéficiant ainsi des ténèbres et d'une certaine fraicheur malgré les turbulences entrainées par la houle.

Déluge

L'institut mobilisa 200 gardiens des Arcanes pour ce voyage qui devait durer quelques mois. C'était sans compter sur les facéties de la nature qui firent se déclencher une malencontreuse tempête, que nul mage présent, aussi puissant soit-il, ne fut en capacité de dissiper. D'origine probablement magique et d'une puissance telle qu'elle fit chavirer plusieurs bâteaux de la flotte, le déluge fit de nombreuses victimes, réduisant à moins d'une centaine les passagers du périple.

Sauvetage

Répartis sur les bâteaux en capacité de continuer la traversée, entre bâteaux des Gardiens des Arcanes et autres bâteaux célestes, les survivants se remirent en chemin.

Mirče, en compagnie d'une poignée de collègues survivants, furent repêchés sur un navire des Témoins de l'Éternité, tandis que leur matériel était chargé sur les bâteaux de l'institution.

Une fois arrivé à Edenorya, Mirče remarquant rapidement que les seuls bâteaux à quais étaient ceux de la délégation céleste, de la confrérie des Apôtres de l'Amour Prochain et des Témoins de l'Éternité. Nulle trace des bâtiments des Gardiens des Arcanes ne fut trouvée dans les registres de la capitainerie.

Vent du Nord

Le bourgmestre de la ville d'Edenorya, Eldric Neuf Vies, organisa dans les premiers jours de l'arrivée des colons un grand camp de réfugié dans la plaine surplombant la ville. De toutes nationalités confondues, les nouveaux arrivants étaient parqués selon leurs nations d'origine, le Vent du Nord regroupant les ressortissants des Cercles de Mesalena et ceux du royaume de Sarin'Dol, ainsi qu'une compagnie mercenaire.

De nouvelles missions

Dès lors, réduits à une poignée, les effectifs des gardiens des arcanes n'avaient plus les moyens de remplir leurs missions d'origine, et il fallut improviser une nouvelle organiastion, une nouvelle hiérarchie, plus adaptée, et redéfinir les missions que celle-ci nous fixait. Charon de Mortelune fut désigné, en raison de son rang et de son grade, chef de la délégation. Sa priorité fut la reconnaissance des moyens magiques des colons, le contact avec les autorités locales, et la sécurisation de la pratique de la magie sur cette nouvelle ile.

De nombreux rituels furent organisés : avec Dame Lysaël de Lideval, avec les Elfes Seneriths, et de nouveaux contacts diplomatiques furent établis : avec la ville via la Guilde des Arts Magiques, avec la race antique, ou encore avec Dame Daerys de Silmar, l'archimage se présentant à nous et nous mettant en garde contre une menace mage, au cœur de nos priorités.

À la fin de ces quelques jours d'incertitude, et après avoir vu la guerre fratricide entre Dame Daerys et sa sœur « Reine » d'une civilisation disparue, après avoir assisté à la malédiction des Mogrims, c'est la disparition des Témoins de l'Éternité qui sonna le glas de la présence de la délégation à Edenorya. Tous partirent en direction du nord est, vers de nouveaux territoires à conquérir.

Établissement à Farore (Din & Nayru)

À l'est du grand volcan de la partie sud de l'ile, les Gardiens des Arcanes délimitèrent trois territoires dont ils réclamèrent le contrôle et la propriété, au nom des nations du Royaume de Sarin'Dol et des Cercles de Mesalena.

Farore devint le fief-capitale, avec sa cité de Célesteville. Din à l'est et Nayru au nord-est devinrent des centres de production, en attente d'être peuplés par les ressortissants des délégations officielles des pays pré-cités.

Suite à la disparition du Vent du Nord et la création du Protectorat, les ressortissants célestes et dol'saris firent les choix individuels de se joindre à la nation mercenaire, n'acceptant pas de fait l'invitation des Gardiens des Arcanes.

Vent d'Ouest

Au printemps 1251, d'alarmantes nouvelles d'Orya concernant l'héritage des Baronnies de Soriak précipitèrent les autorités des gardiens des arcanes à ordonner l'incorporation au sein du Vent d'Ouest, sous la grâce d'une bulle pontificale.

Héritage de Soriak

Lors de la foire d'été, Mirče et ses collègues furent mobilisés pour aider Todryk de Soriak, alors seul rescapé d'un massacre terrible ayant conduit à l'extinction de sa famille, à récupérer l'épée des rois, lui permettant de prétendre au trône de son père, feu Haut-Baron de Soriak.

Malgré le succès de la mission, conduisant à la mise à mort de ritualistes infernatlistes, Takhodred Valyena monta sur le trône des Baronnies et unifia son pays sous la bannière du roi des Marches, provoquant la création du Saint Empire d'Aëthéor

Fondation de Vendavel

En 1252, les membres du Vent d'Ouest firent l'acquisition de terres leur permettant de préparer l'affranchissement des colons vis à vis de la Guilde des Marchands via la création d'une ville frontalière d'Edenorya : Vendavel.

Cette ville franche, mais néanmoins sainte, se veut ouverte à tous sans distinction, mais plus traditionnaliste et moins corrompue qu'Edenorya, où l'assassin de la famille de la Maison de Soriak avait été relaxé à son procès malgré des preuves acccablantes.

Concordat d'Edenorya

Loupe.png Article détaillé : Concordat

Guilde des Arts Magiques

Loupe.png Article détaillé : Guilde des Arts Magiques

Dès son arrivée à Edenorya, Mirče ainsi que ses collègues avaient tenu à représenter les Cercles de Mesalena au sein des guildes du Concordat, et ils s'organisèrent au sein du Vent du Nord et de Sinya Eldamar pour fonder la Guilde des Arts Magiques, dont le magister Severus Sess de la bibliothèque itinérante de l'Arcanium se moquant allègrement avant d'intégrer sa petite sœur, la Guilde des Arts Rituels, fondée en 1251 et comptant également dans ses rangs plusieurs Gardiens des Arcanes

La principale réalisation de la Guilde a été la localisation et la stabilisation du cercle de rituel d'Edenorya, grâce à un rituel impliquant huit pierres élémentaires.

Guilde des Arts Rituels

Loupe.png Article détaillé : Guilde des Arts Rituels

Petit sœur de la Guilde des Arts Magiques, cette guilde se spécialisa sur le ritualisme alors que sa grande sœur, dont elle avait fait scission, se spécialisait dans l'enchantement. Ayant largement contribué à battre le rappel des ritualistes de la nouvelle ile, Mirče se proposa au poste de censeur de celle-ci, et malgré la présence de seulement deux candidats à ce poste, il ne parvient par à se faire élire.

Bénéficiant de nouvelles disponibilités liées à cette non-élection, Mirče se reconcentra sur ses liens avec l'Archimage de Silmar, Daerys Pragma.

Contacts et amitiés

Malgré son inexistance dans l'organigramme des Gardiens des Arcanes d'Orya, Mirče réussit à se faire connaitre et à faire reconnaitre (avec l'aide de ses collègues) l'expertise de sa délégation aux yeux des autres colons.

Indépendants

Arcanium

Loupe.png Article détaillé : Arcanium

Bibliothèque indépendante, l'Arcanium est représentée par Severus Sess, fils cadet du Prima Magus, habitué à se moquer des institutions notamment de celle des Gardiens des Arcanes. Malgré des piques incessantes et un humour en public plus pathétique que divertissant, le « magister » ne s'est pas attiré l'animosité de Mirče ; ce-dernier attendant simplement que la crise d'adolescence du magister de l'Arcanium cesse de le détourner du droit chemin et de son héritage.

Enfants des Cendres

Loupe.png Article détaillé : Enfants des Cendres

Habitants du hameau de la cité de Refirsol, demeure de Dame Daerys de Silmar, les Enfants des Cendres et Mirče se rencontrèrent sur le champ de bataille dans leur lutte commune contre la menace du vide et via leurs contacts permanents avec les Veilleurs de Kersis'kal que Mirče rejoint en 1251.

Vent du Sud

Loupe.png Article détaillé : Vent du Sud

Le Vent du Sud est le camp de réfugié fondé par le bourgmestre d'Edenorya regroupant les ressortissants du Désert Medjay, du Clan des Neuf Voiles et des Territoires de Mainorat.

Caravane Boubakar

Loupe.png Article détaillé : Caravane Boubakar

Rencontrés en 1250, quelques membres du clan Mogrim fut délivré de sa malédiction séculaire via l'utilisation par Le Confiseur d'un artéfact nécromantique. Dès lors, des liens de collaboration renouvelés fréquemment ainsi que des liens d'amitié se formèrent entre la petite délégation et les adorateurs du dragon, groupe fondateur de la Fratrie d'Obsidienne.

Maintenant indépendants, les mogrims reprirent leurs habitudes commerciales et nomade au sein de la caravane Boubakar, après avoir quitté le Cymbroghi.

Personnalités diverses

Famille Pragma

Derniers témoins de la civilisation de Kersis'kal, et détenteurs des secrets de l'ile, la famille Pragma est mystérieuse et détentrice de plus grands pouvoirs magiques jamais observés sur l'ile. Parfois individualistes ou taciturnes, ceratins se révèlent être d'excellente compagnie, comme l'archimage Daerys de Silmar ou encore sa descendante Gwendvael Pragma.

Parros Uzkul

Loupe.png Article détaillé : Parros Uzkul

Aperçu en 1250 aux côtés des colons, le mage Uzkul, vainqueur de la malédiction entrainant l'apparition de l'Horrora, et gardien du codex de Fangor se présenta aux colons et leur fit bénéficier de ses lumières ce qui leur permit de lutter efficacement contre la menace de Shaz Morda et de ses légions nécro-animées.

Autochtones

Méfiant de nature, Mirče n'entretient que peu de contacts avec les races autochtones de Kersis'kal, qu'elles soient Fatae, Antiques, Shonk Manitus ou encore Stigmatus et Dravechs. Incapables de se contrôler, certaines d'entre elles sont capables de dévorer un colon en quelques secondes.

Mieux vaut donc limiter au plus court les visites qu'on peut leur accorder...

Talents et réalisations

Nécromancie

Loupe.png Article détaillé : Nécromancie

Bien qu'ayant grandi et été formé au sein de la Tour d'Akioch, Mirče ne pratique pas la nécro-animation, interdite dans les lois magiques en vigueur dans les Cercles de Mesalena (et au royaume de Sarin'Dol).

Malgré l'interdiction de la nécro-animation, Mirče tire sa magie des puissances nécromantiques de la nécropole d'Akioch, maitre de la vie et de la mort, détenteur du secret de l'immortalité. Ainsi, l'apparence de ses sortilèges revêtent les symboles de la nécromancie : au delà des traditionnels crânes et autres morceaux de squelettes, le respect des ainés et de leur mémoire sont au cœur de ses réalisations.

Contrairement à certains autres nécromants présents aux foires d'Edenorya, Mirče ne se prétend pas nécromant du corps ou du sang, mais de l'âme, et du domaine mental de celle-ci.

Rituels

Mirče participa à de nombreux rituels depuis son arrivée sur l'ile, rituels elfiques, pragma ou de la Guilde, ou d'érection de mur magique.

Les deux rituels majeurs auxquels il a participé sont ceux se déroulant autour de la table des éléments, le plus mémorable étant celui où il fit don de son sang pour réactiver la magie, disparue lors d'un rituel d'Elia'Is Pragma.

Sécurisation d'artéfacts

Originaire de formation de la branche « enchantements et artéfacts », Mirče n'hésite jamais à proposer de sécuriser un artéfact sur les terres de Farore, pour le compte d'autres colons.

C'est ainsi qu'en 1251 et 1252, les Gardiens des Arcanes récupèrent une demie-douzaine d'artéfacts, aux puissances nocives variables, permettant à de nombreux colons de ne pas souffrir de leurs effets magiques maléfiques.