De Aux Savoirs de Kersis'kal
Aller à : navigation , rechercher
Meute
Structure
Organisation : Tribu
Représentant : Lycan
Alliance
Originaire des Territoires de Mainorat
Faction : Cymbroghi
Présent(es) sur : Orya et Kandorya
Population et culture
Personnalité(s) : 8
(modifier)






Salutations, gens d'ici et au-delà !

C'est en qualité de Hérault, et au nom de nôtre Chef que je m'avance ici céans, Pour présentement y faire annonce officielle de l'arrivée au sein du camp du Vent du Sud d'un nouveau Clan, honoré de s'ajouter aux cohortes de ses pairs.

Oyez donc sa digne parole, Voici venue l'heure de la Meute

Yazkaar, Hexarque de "La Meute".


Naissance de la Meute

L'homme appuyé sur le muret fixait attentivement chacun de ces hommes et femmes affairés à préparer le campement, de ce groupe de farouches guerriers qui l'avaient suivi jusque là...

En les observant, noyé qu'il était dans le concert chaotique des bruits de bottes, du frémissement feutré des étoffes froissées, et des cliquetis martelés des ouvriers qui suaient à l'ouvrage, ses pensées se firent vagabondes...

Il aurait du les obliger à se fixer sur le but de leur voyage, sur ces nouvelles perspectives que celui-ci semblait vouloir crânement offrir. Mais implacables, elles le ramenaient encore et encore, à ce jour lointain, si lointain, et pourtant si vivace...

Ce soir funeste ou, des montagnes du royaume de Mainorat vomies, les hordes vociférantes d’orcs et gobelins fondirent sur les clans dans l'unique but de briser son monde... Ce déferlement orgiaque qui, pillant, violant, massacrant tout ce qui lui avait jamais été précieux, ne laissa que destruction et désolation dans son sillage, impitoyable architecte du trépas de sa race !


L'homme repensait comment, avec une horreur grandissante, il avait assisté de loin, impuissant, à ce massacre, maudissant le sort qui l’avait condamné à ne pouvoir être auprès des siens pour les défendre et mourir côte à côte avec ses frères de sang. Comment son destin avait été marqué du sceau des remords et de la culpabilité. Il les revoyait, là de ses yeux éveillés... toutes ces lueurs rougeoyantes apparues sur l'horizon, preuve flamboyante du dramatique spectacle qui l’attendait là-bas : l’éradication de son peuple.

Il se rappelait, comment il avait couru pour atteindre son village, à en faire éclater son cœur dans sa poitrine. Il se rappela la douleur sourde qui lui tarauda et lui retourna les entrailles, devant l’odieux spectacle des restes éventrés et fumants de son clan... Ses cris de révolte, ses sanglots de poussière...

Comment, ivre de rage, il reprit armes et armures depuis longtemps délaissées et oubliées, pour des âges de raison... Comment au détour d'un chemin de forêt il avait surpris un groupe de trainards verdâtres... Comment dans son désir brûlant de vengeance aveugle, la frénésie qui s'empara de lui l'aida à massacrer ces maudites créatures rendues trop confiantes par leur toute récente rapine !

Comment enfin les pleurs d'un enfant le ramenèrent à la réalité...

Ce jour là, la mort dans sa morbide mansuétude, n'avait pas voulu de lui, le minuscule miraculé...

...

L’homme écrasé du poids du repentir, lâcha un lourd soupir au souvenir de tous ces hommes et femmes, qui vinrent les jours suivants, et les jours après eux encore. Issus de toutes les tribus, de tous les clans avoisinants : rescapés, survivants, fuyards d’hier aussi, tous habités par une colère froide, tous animés par cette même soif de vengeance, qui se réunirent alors pour ne former qu'un seul... Mus par cette morbide ardeur teintée au carmin de leur désespoir...

Cet âcre instinct de mort !


Ha ! Tout ce chemin parcouru à leurs côtés...

Leurs premières expéditions punitives réalisées... D'abord timidement et dans l’urgence intimée par la douleur de leurs cœurs torturés. Mais qui ne devaient avec le temps, et alors que leur hardiesse allait toujours croissant, que devenir chaque fois plus violentes et sauvages... Certes, beaucoup tombèrent, certains disparurent... mais quelles que soient les adversités, jamais aucun de ces cœurs vaillants ne faiblit dans la détermination qui était leur...

Toujours plus hargneux, sans cesse plus forts...semant peur, chaos et mort au sein de leurs ennemis ! Baptisant de ce fait leur nouvelle fratrie à l’aulne des tourments qui étaient à l'origine même de leurs existences brisées...


Celui que l’on nommait leur chef sourit de bon cœur en songeant à tout ce qu’incarnait ce clan, pourtant revenu de bien loin... Exécré et craint par ses ennemis...une famille et un refuge pour d'autres...

Voila comment naquit LA MEUTE, rudement forgée dans le creuset des affres et de l’agonie de la Guerre... formée d'hommes et de femmes fiers et farouches… guerriers dans l’âme aspirant tous à vivre libre ou mourir...unis par le sang, le drame et les armes !!!


LYCAN sourit encore en s'accordant le fol espoir de jours meilleurs pour son Clan jeune et tellement vieux déjà... il chassa de ses noires pensées le spectre de leurs jours sombres, releva ses manches et rejoignit la meute...

Tout restait à faire.


Un nouveau chapitre de leur Histoire restait à écrire, Qu'il lui semblait déjà du bout des doigts pouvoir effleurer. En ses pages, nulle place pour les excès du sentiment...

Juste, aller de l'avant !

C'était aujourd'hui et maintenant !!!

Auteur inconnu, Naissance de la Meute.