De Aux Savoirs de Kersis'kal
Aller à : navigation , rechercher
Maison Sinn
"Wiluvammë canta súressen."
Blason-sinn.png
Structure
Organisation : Famille Noble
Spécialité : Érudition
Magie
Représentant : Thallion Sinn
Iradei Sinn
Alliance
Originaire du Royaume de Lin'Elenos
Population et culture
Langue(s) : Elfique
Race majoritaire : Elfe
(modifier)




La Maison Sinn est une ancienne famille elfique, originaire de Lyn’Elenos. Elle se place comme un des piliers de la communauté de Minassë Enda, la ville des mages rouges.

Histoire et valeurs

La maison accorde une très grande importance à l’instruction et au savoir, plus particulièrement magique. Pour ses membres, et surtout son patriarche, la connaissance doit être la plus vaste possible. De ce fait, la famille est très impliquée dans l’académie de la Silène, qui forme les Carnë Curuvari. Ses membres sont donc reconnus pour leur érudition et leur grande maîtrise de l’Art magique. La Maison Sinn est également connue pour ses réceptions qui réunissent intellectuels et savants du Royaume. On y a même parfois aperçu des représentants des Neuf Voiles ou des Marches d'Aëthéor.

Cependant, lors de la déchéance d’Orya, on cru la famille disparue sous les décombres de la Citadelle. On n’entendit plus aucune nouvelles pendant quelques années, jusqu’à ce qu’on eu la connaissance, d’abord à Aldarwa, puis à Edenorya, d’un certain Thallion Sinn. Il serait l’unique héritier d’Eöl Sinn et aurait intégré l’Ordre du Soleil d’Argent, organisation elfique millénaire qui subsiste à Kandorya.

Personnalités

Yarnin Sinn

Il est la première personnalité de la Maison Sinn à avoir marqué les esprits et ainsi permit à son nom d’émerger. Il fût en 315, alors agé de 471 ans, un des premiers à collaborer avec les membres de l’Académie du Sureau pour trouver un remède à la pandémie qui ravageait Orya. Il effectua, avec l’aide de sa femme Ráma, d’important progrès pour la collaboration et l’entente des trois Académies de Lyn’Elenos. Son fils, Neuro Sinn, tenta de reprendre le travail que son père avait laissé lors de son décès en 319. Cependant, il était encore trop jeune, et ne pu lui rendre honneur qu’en perpétuant son nom, sa lignée et ses valeurs.

Neuro Sinn

En tant qu’aîné de sa fratrie, Neuro a toujours tenu à constituer un exemple pour ses frères et sœurs. Il s’appliquait particulièrement à suivre la voie traditionnelle que la famille prévoyait. Il étudia donc beaucoup, assista son père maintes fois dans ses missions auprès du Carnë Ingolmo et mit un point d’honneur à former lui même une famille qui perpétuerait la lignée. Ce désir fut renforcé lorsque son père disparu alors qu’il n’avait que 72 ans. Il se maria dès que sa majorité fut atteinte avec Aiwë Herenya, qui était héritière d’une fortune colossale. Ce mariage contribua fortement à l’enrichissement et à l’anoblissement de la Maison Sinn.

Nelcë Sinn

Le deuxième fils de Yarnin était beaucoup moins impliqué que son frère. D’un tempérament téméraire, les bancs de l’Académie de la Silène l’ennuyait profondément. Il préférait largement la pratique et l’aventure. Un jour, quelques décennies avant son rite de passage, il disparut subitement. Il avait laissé une note épinglée par un sort de lien sur la porte de la demeure familiale :

Bien chers tous, Aujourd’hui, je m’envole aux quatre vents. Les murs de la Citadelle ne peuvent plus me contenir. Je pars, donc. De votre souvenir et la perspective d’un retour, je serai accompagné. Portez vous bien en mon absence, et attendez impatiemment les contes fabuleux de mes aventures ! Affectueusement, N.
Note de Nelcë Sinn en l’an 352 du calendrier d’Orya

On n’entendit jamais parler de son retour.

Isil Sinn

Dernière de la fratrie, Isil avait toujours été modérée dans toutes ses actions. Elle avait eu une éducation classique, tout en étant en accord avec les attentes familiales. Elle n’avait presque pas connu son père et seuls sa mère et son frère l’avaient éduqué. Elle était timide et n’osait peu prendre des initiatives. Elle se maria le jour de ses 140 ans avec une connaissance de longue date, mais celui-ci périt dans une opération militaire 36 ans plus tard, sans lui avoir donné d’enfant. On n’entendit plus guère parler de la veuve durant le centenaire suivant. On dit qu’elle se serait retirée dans un monastère aux Marches d'Aëthéor, mais cette histoire est sûrement une façade afin de dissimuler sa difficulté à surmonter le deuil. Pourtant, en 596, on l’aperçu de nouveau à une réception familiale, accompagnée d’un jeune fils âgé de 17 ans et nommé Íta. Nul ne sait quelle est son origine paternelle, ni même si Isil est réellement sa mère. Quoi qu’il en soit, il semblait le bienvenu au sein du cercle familial.

Orwon Sinn

Orwon a beaucoup souffert de l’influence conservatrice de son père, car il était fils unique et unique héritier de la Maison Sinn. La poids sur ses épaules était immense et engendra certains troubles psychiques chez lui. Il ne s’agissait pas d’un manque d’intelligence, au contraire, Orwon était brillant. Il excellait dans toutes les disciplines magiques, les sciences et même le droit grâce à son impressionnante mémoire. Cependant, il était colérique et extrêmement susceptible, ce qui ne facilitait pas ses relations sociales et ternissait l’image de la Maison dès qu’il en devint le représentant en 836.

Eöl Sinn

Marié à Nessa Norna, il est le dernier patriarche de la Maison Sinn et le premier enfant d’Orwon Sinn. Sa domination fut assez courte, car son père, ne mourut que 63 ans avant la destruction d’Orya, de cause accidentelle. Il contribua tout de même à la renommée de la famille en participant à des recherches à l’Académie de la Silène en compagnie du Carnë Ingolmo. Cependant son honneur fût parfois entaché par des soupçons d’adultères, qui ne furent jamais vérifiés.

Nauca Sinn

À sa naissance, Nauca était particulièrement petite. Elle mesurait à peine 42 centimètres, d’où son nom signifiant “chétive”. Il s’avéra ensuite qu’elle possédait une forme souche très rare de la maladie Erolia. Elle décéda à l’âge de 3 ans.