De Aux Savoirs de Kersis'kal
Aller à : navigation , rechercher
Mère Iosis
Identité
Nom: Mère Iosis Souffle Doux
Surnom: Mère Iosis
Race: Fataë
Allégeances
Grande Prêtresse de l' Ordre de Bĕlios
Citoyenne d' Edenorya
Philosophie, foi et croyances
Oracle de Bĕlios
Hors-jeu
Compte wiki : pascalie
Type: Personnage Joueur
(modifier)

?


Sœur Iosis « la vétilleuse», apothicaire de Bĕlios

On sait peu de choses du passé de sœur Iosis.


D'aucuns prétendent qu'elle serait la bâtarde d'une geisha de Shinseiko et d'un conscrit Eturien. D'autres jurent avoir vu des tatouages de Mainorat sur son dos (En fait seul Orlan jure avoir vu ce tatouage, on ne sait encore comment...). Peu importe ses origines, mais visiblement c'est dans son pays natif que Iosis a appris des connaissances médicinales précieuses pour le clergé. C'est frère Sigurd, évêque de Bĕlios, qui prit en charge cette jeune orpheline qu'il trouva lors d'une campagne militaire aux confins de l'empire de Mulkesh. Très tôt formée aux préceptes du culte, c'est naturellement que Iosis intégra la confrérie du savoir et particulièrement la branche des apothicaires, très réputée chez les Bélléites. Son savoir exotique attira bientôt la sympathie de ses supérieurs et avec le concours de ces derniers, Iosis devint rapidement une soigneuse d'exception. Elle aurait pu aller beaucoup plus loin en devenant Mère supérieure si ses sentiments avec un dignitaire masculin du clergé ne l’avaient pas forcé à briser son serment de chasteté... Pour absoudre ce pêché, les détracteurs de Iosis l'ont contrainte à l'exil vers Kandorya, dans l'expédition du Thanathogone Ivus que beaucoup considèrent comme une folle entreprise plus qu'une réelle promotion. Qu'à cela ne tienne ! Iosis profitera de ce long voyage pour revenir encore plus forte : après une rapide entrevue, il s'avère qu'Ivus paraît enchanté de pouvoir bénéficier des talents d'une apothicaire de sa trempe. Il a promis qu'il s'occuperait de promouvoir chacun des plus compétents de sa confrérie. Cerise sur le gâteau l'élu de son cœur (avec qui elle avait "fauté") a trouvé le moyen de l'accompagner...


Mère Iosis Grande Prêtresse et Oracle de Bĕlios, dite l’Oragone

Les gens peuvent bien dire ce qu’ils veulent, je sais d’où je viens ! Point de bâtarde, je suis née en territoires de Mainorat. Et il est vrai qu’un tatouage de mon clan est inscrit dans ma chair. Je ne renierai jamais mes origines. Le shaman est la mémoire du clan et c’est enfant que je fus formée à l’art des soins et des rites. On peut donc dire que je fus prédestinée à devenir l’Oragone de Bĕlios.

Lors de mon séjour sur Kandorya, je suis rentrée à plusieurs reprises en contact avec Bĕlios. Guérisseuse de renom au sein de l’ordre et ayant désormais des visions et des contacts réguliers avec Bĕlios, j’ai été promue au titre de Mère Iosis, Grande Prêtresse et Oracle de Bĕlios, dite l’Oragone. Cette nouvelle distinction fut l’occasion pour Père Ivus, notre Thanatogone, de regagner le continent avec plusieurs frères. Je devins de ce fait la guide spirituelle des prophètes de Bĕlios sur Kandorya.

Mère Iosis Souffle Doux

C'est un beau matin de foire d'été, alors qu'elle s'affairait au temple, qu'elle fut appelée par la Marainne des fataës de l'île. Elle la rejoignit et quelque chose de tout à fait innattendu se produisit. Au pied de l'arbre fée elle vint au monde pour la deuxième fois. Et quand elle revint au temple, ses frères et sœurs, et tous ceux qui la connaissaient, n'en crûrent pas leurs yeux : celle qu'ils connaissais jadis portait deux ailes dans le dos. Mère Iosis était une fataë en sommeil et l'heure était venue pour elle de s'éveiller à sa vraie nature. Elle répond désormais au nom de Mère Iosis Souffle Doux.

Suite à la disparition de la dernière Marainne entre les 2 foires, et toutes les fées blanches ayant été éradiquées de l'île par d'horribles créatures, elle prit donc la nouvelle charge de Marainne et veille sur ces filles avec beaucoup d'amour. La tâche n'est pas simple mais elle y met tout son cœur, comme dans tout ce qu'elle entreprend.