De Aux Savoirs de Kersis'kal
Aller à : navigation , rechercher
Guldtacka
Identité
Nom: Guldtacka
Surnom: Guld
Race: Humain
Origine et Famille
Origine : Fiskhavnen
Originaire des Territoires de Mainorat
Allégeances
Membre du Clan du Pic Sanglant
Membre du Cymbroghi
Métier
Profession: Artisan
Institutions
Maitre des recherches de la Guilde des forgerons
Philosophie, foi et croyances
Adepte de la Religion totémique
Hors-jeu
Compte wiki : Guldtacka
Type: Personnage Joueur
(modifier)


?



Tout ceci n'est-il qu'une farce? Ou bien est-ce une épreuve imposée par les Totémiques? Alors que je sens la brise froide de la nuit sur ma peau, ma mémoire s'égare un nouvelle fois. Je suis heureux de ne pas savoir écrire parce que l'histoire de ma vie s'écrirai dans la mort et le sang.

Sur Orya

Je suis né dans le paisible village de Fiskhavnen, sur Orya. Cela aurait put être un évènement heureux si ma mère n'était pas morte des suites de l'accouchement. Mon père, Hagen, me nomma alors Guldtacka, ce qui veut dire "lingot d'Or" car j'étais le seul être et la chose la plus précieuse qui lui restait.

Durant mon enfance je m'essayais à la pêche comme nombre des notre et comme mon père. Les résultats furent assez décevant. On essaya alors de me faire entré dans la garde du village mais Brynjolf, Chef de notre clan Laksefiske, en décida autrement. Je rejoignis les mineurs afin d'extraire les ressources de la montagne. Trop jeune, trop impatient, je ne comprenais pas l'importance de cette tâche et encore moins l'importance du bon entretiens de ma galerie. Mes erreurs et ma négligence coûtèrent la vie à mon père lorsqu'un après midi il vint me chercher pour m'entretenir d'une opportunité d'avenir. Je n'étais pas à mon poste se jour là.

Le jour de l'enterrement, un proche me rapporta le prochain départ d'une équipe de notre clan pour les terres prometteuses de Kandorya, "Tu devrais partir avec eux petit. En restant ici, tu ne sera jamais libre. Ton passé sera tes chaines. En partant tu pourra te façonner une nouvelle vie et retrouver ta liberté. Ou bien préfère-tu la mort?" Il n'y avait aucuns humour dans ses paroles. Le soir même j'avais pris ma décision et à l'aube je rencontrais le charismatique Thorbjorn.

Jamais je n'avais rencontré un homme aussi bon et sage. Le chef Brynjolf était fort et intelligent, mais Thorbjorn m'inspirait d'avantage de respect. Durant la longue traversé qui nous amena sur Kandorya il m'accorda de son temps et de son écoute pour penser mes plaies psychologique. Grâce à lui j'étais déjà un autre homme en posant les pieds sur notre nouvelle terre, me faisant la promesse de ne jamais plus manquer à mon devoir.


Sur Kandorya

Vint le temps de la colonisation, notre village prenait forme. Une terre fertile, une rivière abondante en poissons, du bois pour le feu et les maisons...tout ce que nous pouvions espérer à porter de nos mains. Mais pour travailler, il nous fallait des outils et pour les outils, il nous fallait du minerai. On aurai pu croire que je me détournerai de cette tâche, mais comme je l'ai dis, j'étais un autre homme, et le sang des Cymbroghi coule dans mes veines. Je ne serai pas esclave de mon passé. Je suis un homme libre. Un homme libre qui connais le travail dans les mines et qui sait reconnaitre un filon de métal. J'étais bien décidé à prendre ma revanche sur la vie et à montrer que je mérite ma place dans le clan. Je mis donc mes connaissances au service des notre.

Suite à l'arrivé des Orcs, durant l'hiver 1253, Brynjolf ordonna que chacun se forme au maniement des armes. C'était la première fois pour moi que je recevais ce genre d'enseignement. J'eu la chance de faire parti du groupe formé par Osbern, le fils du chef, un guerrier implacable selon moi. Toutefois nous n'étions pas de vrai guerrier, j'aidais donc les autres à mettre en place les pièges nécessaire à la défense du village. Les mois qui suivirent le premier assaut, j'intensifiais mes efforts à la mine, m'assurant que les forgerons disposent des ressources nécessaires à la fabrication d'armes.

Au printemps, quand les peaux vertes réapparurent j'aidais les plus chanceux des notre à prendre la fuite par la rivière. Je n'étais pas un guerrier mais je refusais de perdre une fois de plus ce qui m'importais tant. Le village pouvait être reconstruit, mais pour cela nous devions survivre. Avec quelques autres je me battis pour tenir l'embarcadère jusqu'à l'arrivé des derniers d'entre nous. Kfar devait être avec moi ce jour là, jamais je n'aurai cru tenir jusqu'au bout avec une simple épée et une tunique en toile. Quand Osbern arriva je compris à son regard qu'il n'y avais plus personne à sauver, et nous primes les derniers navires.

Notre chef était mort. Je sentais le désespoir de certains membres du clan, il se rependait comme un poison. Je le sentais aux frontières de mon esprit. Je renforçais ma détermination, j'avais déjà vécu cela, désormais j'étais libre. Et je n'étais plus seul, je marchais au côté de notre nouveau chef Osbern, je marchais avec notre clan.

La marche fut longue et rude. Les nuits étaient froides, la nourriture se faisait rare. Beaucoup moururent et suite à une attaque de loups je craignis de trépassé à mon tour, une de ces sales bêtes m'ayant infligée de profondes entailles dans la cuisse droite. l'infection ne tarda pas à apparaître  m'obligeant à rester allongé sur un traîneau de fortune pendant près de 15 jours. Ce n'est que grâce aux soins de mes compagnons que je pus finalement me remettre en marche. Par miracle, je ne garde qu'une légère cicatrice de cet épisode. Epuisé et affamé nous arrivâmes finalement à Traskvartroll.


A Traskvartroll

Cela fait maintenant plusieurs mois que nous sommes ici. Les nuits me paraissent toujours aussi froide, elles me rappellent le Mainorat. D'après ce que j'en sais, nous ne reverrons jamais notre terre natale. Cette idée m'importe peu. Je suis libre, je suis un Cymbroghi, un membre du Pic Sanglant. Les chants de guerres résonnent déjà. Je vois Osbern et nos guerriers qui festoient avant la bataille. A l'aube je rapporterai les minerais nécessaires à la conservation de notre liberté et après ça, si les Totémiques le veulent, je me battrai aux côtés de mes frères pour vivre libre ou mourir.

Renommé

Maître des recherches de la guilde des forgerons - printemps de l'an 7
Disciple de la discipline des trappeurs - été de l'an 7
Maître forgeron de la Cymbroghi - été de l'an 7
Chef du clan du Pic Sanglant - été de l'an 7
Représentant du Bras Outillé de la Cymbroghi - l'automne de l'an 7